Identifiez-vous
1er_emploi
Accueil > Près de 2 millions de projets de recrutement pour 2017

Près de 2 millions de projets de recrutement pour 2017

2 millions de projets de recrutement pour 2017

Réalisée par Pôle emploi et le Crédoc, l’enquête « Besoins en main-d’œuvre » (BMO)* qui recense les projets de recrutement des entreprises de l’Hexagone souligne une hausse des besoins pour 2017 : + 8,2 % par rapport à 2016. Découvrez dans quels métiers les besoins se situent.



Bonne nouvelle ! Les entreprises prévoient de recruter bien plus de collaborateurs en 2017. Près de 2 millions (1,976 million) de recrutement sont ainsi comptabilisés cette année, soit 149 200 projets supplémentaires par rapport à l’enquête précédente. Cette hausse s'explique par une croissance de 10 % des besoins non saisonniers nationaux. Le secteur des services concentre à lui seul la majorité des besoins, en affichant un taux de 40 % d’intention d’embauche (une hausse 5,7 %) dans les services aux particuliers et 24 % pour les services aux entreprises (soit une hausse de 9,3 % par rapport à 2016). Mais les progressions les plus impressionnantes concernent le secteur de la construction avec une hausse de 22,5 % d’intentions d’embauche et le secteur de l’industrie (8 % de plus que 2016) actuellement en manque de main d’œuvre. En 2016, huit intentions d’embauches sur dix se sont réalisées en France.

Pour l’année 2017, les projets de recrutements sont le plus souvent présents vers les grandes métropoles mais aussi les zones touristiques (le Sud-est et l’arc atlantique). Autre point positif : plus de la moitié des recrutements (58 %, soit une hausse de deux points en un an) sont envisagés en contrats durables : CDI ou contrats de 6 mois ou plus.

TOP10 des métiers qui recrutent le plus

Parmi les métiers les plus recherchés en 2017, les métiers de la maintenance et de l’entretien affichent des volumes prévisionnels d’embauche très élevés, les aides à domicile et aides ménagères (avec 42 000 projets) arrivant en tête du classement. Viennent ensuite les serveurs de cafés et de restaurants (33 800), les viticulteurs, arboriculteurs salariés, cueilleurs (26 600), les aides, apprentis, employés polyvalent de cuisine (26 600) et les agents d’entretien de locaux (26 000). Les professionnels de l’animation socioculturelle arrivent quant à eux à la sixième place suivis par les cuisiniers (22 100), les ingénieurs, cadres études et R&D informatique (21 000). Les agriculteurs salariés, ouvriers agricoles (20 100) et les aides soignantes clôturent ce TOP10.

Des petites entreprises en mal de professionnels

L’année 2017 marque une hausse nette des difficultés rencontrées par les recruteurs : les employeurs jugent 37,5 % des projets d’embauche difficiles. Les entreprises de moins de 50 salariés rencontrent plus d’embûches lors de leurs recrutements. Les difficultés de recrutement sont notamment très en hausse dans la construction et l’industrie. A noter que les ingénieurs, cadres études et R&D informatique figurent toujours parmi les métiers où la part des difficultés reste très élevée avec 63 % de projets jugés difficiles. Mais ce sont les carrossiers automobiles qui restent aux yeux de 77 % des interrogés les profils les plus compliqués à trouver. On peine également à recruter des médecins, des ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal, certains professionnels paramédicaux (masseurs-kinésithérapeutes, diététiciens), des bouchers, des chaudronniers, des forgerons qualifiés, des traceurs, des serruriers.

En outre, les difficultés demeurent très marquées dans les petites entreprises qui sont pourtant celles qui recrutent le plus. Les petites entreprises de moins de 10 salariés représentent près de 45,9 % des projets de recrutements cette année. Les très petites entreprises de une à quatre personnes connaissent ainsi une hausse de 4 % de projets de recrutement.

L’inadéquation des profils, la pénurie de candidats ou encore la nature du poste proposé sont les principales raisons évoquées par les recruteurs en difficulté. Pour résorber ce phénomène, la formation des profils les plus fragilisés reste la solution la plus souvent envisagée. Les entreprises recruteuses comptent également recourir à Pôle emploi ou à l’intérim pour les aider dans leurs recrutements. Au total, près de deux établissements sur trois songent se tourner vers Pôle Emploi pour assurer ses campagnes de recrutement.

Sarah Makdad et Rachida Soussi

* Enquête par questionnaires, réalisée entre octobre et décembre 2016


 

19/04/2017
Recruteurs à la une
5 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement