Identifiez-vous
Accueil > L’insertion professionnelle des jeunes diplômés s'améliore !

L’insertion professionnelle des jeunes diplômés s'améliore !

La situation de l'emploi des jeunes diplômés s'améliore. Découvrez quelles sont les conditions d’emploi des jeunes diplômés de la promotion 2015 de niveau Bac+3 et plus, un an après l'obtention de leur diplôme.



Le ton est donné par Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec : « Les résultats sont globalement bons. 82 % des jeunes diplômés 2015 de niveau Bac +5 et plus sont en poste au moment de l’enquête, soit 12 mois après l’obtention de leur diplôme. Un pourcentage qui confirme une reprise du marché de l’emploi cadre. » « Les résultats de l’enquête sont très encourageants pour la suite », ajoute Pierre Lamblin, directeur des études au sein de l’Apec. Après avoir recruté 204 000 cadres en 2016, les entreprises sont confiantes en l’avenir. « Et, les résultats devraient être meilleurs pour les promotions 2016 et 2017 puisque le nombre de recrutements de cadres pourrait, en 2017, dépasser le niveau d'avant crise : jusqu’à 225 000 embauches pourraient être réalisées », confie Jean-Marie Marx. Toutefois, le directeur de l’association pour l’emploi des cadres rappelle que « les profils expérimentés (entre 1 à 15 ans d’expérience) seront ceux qui profiteront le plus de l’embellie du marché de l’emploi cadre. » L'Apec annonce ainsi le recrutement probable de 45 000 cadres débutants en 2017.

2,5 mois pour décrocher un premier emploi

En outre, les conditions d’emploi sont bonnes pour les diplômés de master et plus. 55 % ont décroché un CDI et 53 % ont obtenu le statut cadre. Pour trouver leur premier emploi, les jeunes diplômés ont mis en moyenne 2,5 mois. Ils ont eu largement recours aux offres d'emploi (32 %) pour le décrocher. Viennent ensuite le dépôt de CV sur Internet (15 %), les relations, le réseau (15 %) et la candidature spontanée (14 %). Par ailleurs, 8 % des sondés ont décroché leur premier emploi suite à un stage.

En revanche, les jeunes ne sont pas logés à la même enseigne. Les cursus professionnalisants ont toujours le vent en poupe. Ainsi, les diplômés de sciences technologiques sont les mieux lotis avec un taux d’emploi de 87 %. A l’inverse, les diplômés de sciences fondamentales peinent davantage à s'insérer : 68 % d'entre eux sont en poste au moment de l'enquête.

Autre constat observé. Il concerne, cette fois-ci, les profils Bac+3, également interrogés par l’Apec. Leur taux d’emploi est bon et s’établit à 83 %. Un taux assez proche de celui des diplômés de masters 2 et plus. Toutefois, seuls 9 % d’entre eux accèdent au statut cadre et 45 % d’entre eux ont signé un CDI.

A LIRE AUSSI >> Les compétences recherchées en 2017

Les services et l'industrie, deux secteurs recruteurs

Mais où sont-ils recherchés ? Les jeunes diplômés Bac +5 en emploi travaillent majoritairement dans le secteur des services (59 %), l’industrie (20 %) et le commerce-distribution (15 %). Parmi les fonctions qui recrutent le plus, figurent la fonction commercial-marketing qui absorbe à elle seule 20 % des jeunes sondés. Les fonctions gestion-finance-administration et études, recherche & développement en recrutent respectivement 17 % et 13 %. Ces trois fonctions représentent la moitié des emplois occupés par les jeunes diplômés.

Ils sont, par ailleurs, plus fréquemment recrutés par des entreprises de plus de 250 salariés (55 %) et 75 % d’entre eux exercent dans le secteur privé.

A LIRE AUSSI >> Près de 2 millions de projets de recrutement pour 2017

28 000 euros bruts par an

Globalement, les jeunes en poste sont satisfaits de leur emploi. D’ailleurs, 49 % des jeunes en poste indiquent que leur emploi correspond tout à fait à la formation suivie. Et pour 33 % d’entre eux, l’adéquation avec leur projet professionnel a été le premier critère de choix du poste.

Quant au salaire moyen enregistré, il s’établit, début 2017, à 28 000 euros bruts par an pour les jeunes diplômés Bac+5 et plus.

Rachida Soussi

Méthodologie de l’enquête :

L’Apec s’est dotée d’une nouvelle étude barométrique visant à suivre la situation professionnelle des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur 12 mois après l’obtention de leur diplôme. Dans cette étude, 500 jeunes diplômés Bac+3/+4 et 1 064 jeunes diplômés Bac+5 ou plus, âgés de 20 à 30 ans, résidant en France, ont été interrogés entre janvier et février 2017.

 

Agenda
du recrutement