Identifiez-vous
alternance_bouton_2018_180
Accueil > L’insertion des jeunes diplômés est au beau fixe ! Enquête Apec

L’insertion des jeunes diplômés est au beau fixe ! Enquête Apec

Les jeunes diplômés Bac+3 et plus très recherchés
Bonne nouvelle sur le front de l’emploi. Les jeunes diplômés s’insèrent très bien selon le dernier baromètre de l’Apec : le taux d’insertion des diplômés Bac+5 de la promotion 2016 s’élève à 94 % un an après l’obtention de leur diplôme. Découvrez quelles sont les conditions d’emploi des jeunes diplômés.


« Les jeunes profitent d’un marché de l’emploi cadre porteur, annonce Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec. Tous les indicateurs sont au vert. » Un an après la fin de leurs études, 94 % des jeunes diplômés Bac+5 et plus de la promotion 2016 ont occupé un premier emploi, soit une hausse de 2 points par rapport à la promotion précédente. Et 83 % d’entre eux sont en poste au moment de l’enquête, dont 60 % dans le même emploi. Une tendance qui devrait se confirmer pour la promotion 2017. Selon l’association, près de 50 000 jeunes cadres débutants pourraient être recrutés en 2018.

A LIRE AUSSI >> 50 000 recrutements de jeunes cadres en 2018

Plus de CDI et de cadres

Leurs conditions de travail sont également meilleures. Ainsi, 62 % des jeunes en emploi ont signé un CDI, contre 55 % des jeunes diplômés de l’enquête précédente (+ 7points). Par ailleurs, davantage de jeunes diplômés Bac+5 et plus bénéficient du statut cadre : près de 6 jeunes diplômés sur 10 (dont 68 % d’hommes).

Globalement, les jeunes ont mis le même temps à décrocher leur premier emploi que la promotion 2015 : 2,6 mois en moyenne (contre 2,5 mois). Pour le trouver, les offres d’emploi restent le premier canal de recherche. Près de 3 jeunes sur 10 ont obtenu leur poste en répondant à une offre. La candidature spontanée arrive en deuxième position. 16 % d’entre eux ont décroché leur emploi suite à un stage ou un contrat en alternance. Un indicateur à la hausse cette année.

Ces jeunes salariés se disent également satisfaits de leur emploi. 74 % des jeunes en emploi occupent un poste en adéquation avec leurs qualifications et aspirations personnelles. Dans 8 cas sur 10, cet emploi correspond à la filière suivie. Seul un quart considère leur emploi comme un « job alimentaire ».

A LIRE AUSSI >> Premier emploi : que veulent les futurs diplômés de grandes écoles ?

30 000 euros bruts par an

Mais où sont-ils recherchés ? Les jeunes diplômés Bac +5 en emploi travaillent majoritairement dans les fonctions « Commercial-marketing », « Gestion, finance, administration » et » Etudes, recherche, développement ». 8 jeunes sur 10 sont recrutés dans le secteur privé et 55 % travaillent dans une entreprise de 250 salariés et plus. Ils travaillent majoritairement dans le secteur des services et près d’un quart d’entre eux dans l’industrie.

Du côté des salaires, ils sont plus élevés pour la promotion 2016 : la rémunération annuelle passe de 28 000 à 30 000 euros.

Les Bac+3 et plus profitent aussi de l’embellie

Autre constat observé. Il concerne, cette fois-ci, les profils Bac+3/4, également interrogés par l’Apec. Leur taux d’insertion est similaire aux diplômés de masters 2 et plus : 82 % sont en emploi 12 mois après l’obtention de leur diplôme. Cependant, les conditions d’emploi diffèrent : ils sont moins nombreux en CDI (49 % contre 62 % des Bac+5 et plus) et à bénéficier du statut cadre (10 %). En revanche, ils sont moins nombreux à occuper un job alimentaire que la promotion précédente (28 % contre 33 %).

A LIRE AUSSI >> Les secteurs qui embauchent des Bac+2/3

Rachida Soussi

Enquête menée auprès 1 060 jeunes diplômés de niveau Bac+5 et plus et 505 jeunes diplômés Bac+3 ou Bac+4, ayant obtenu leur diplôme en 2016 et résidant en France métropolitaine.

 

04/04/2018

Agenda
du recrutement