9063 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Conseils aux candidats > Comprendre le marché > Le métier de lighting technical director - Témoignage

Le métier de lighting technical director - Témoignage

Cet article est issu des archives de StudyramaEmploi.com et n'est accessible que par un moteur de recherche.
Nous vous invitons donc à rechercher, dans les rubriques en ligne de StudyramaEmploi.com, une information actualisée sur ce sujet.
Leila Gaed, 23 ans, est lighting TD (technical director). Elle travaille actuellement sur une production Pixar à Londres.

« Dès le lycée, je n’avais qu’une idée en tête : pouvoir travailler pour Pixar un jour. Après l’obtention de mon Bac scientifique, j’ai donc décidé de me lancer dans des études artistiques. Je me suis inscrite dans une école d’art pour une année de prépa, puis à ISART Digital afin de me spécialiser dans la création de film d’animation 3D. Durant ces 3 années d’études, j’ai appris les différentes méthodes de production d’un film : de la conception d’un scénario à l’animation de personnages 3D. Une fois diplômée, j’ai travaillé dans des petits studios 3D sur des projets variés : publicités et séries télévisées ciblées « jeune public ». Depuis février 2011, je travaille pour l’industrie du film à Cinesite à Londres. Ce studio a réalisé des effets spéciaux pour un bon nombre de films tels que la saga Harry Potter, Prince of Persia ou encore le dernier Pirates des Caraïbes. Je suis lighting technical director : je suis en charge de la mise en lumière des éléments 3D et de la recherche du développement visuel de certains plans du film. Sachant qu’on est en fin de chaine de production, il est nécessaire d’avoir des connaissances sur l’ensemble des autres départements 3D (modélisation ou shading, création de matériaux par exemple), car on est souvent amené à débugger des scènes 3D. Je travaille actuellement sur le long métrage John Carter, une production Disney Pixar. Sur ce film, je mets en lumière les décors 3D de certains plans (lighting), on appelle cela des « set extensions ». Ces décors vont ensuite remplacer les fonds verts tournés avec les acteurs. Je travaille quotidiennement avec mes superviseurs dans l’amélioration du lighting de mes plans afin de satisfaire le réalisateur. Je me base sur des références telles que les concepts art (dessins précisant la direction artistique) ou des photos du lieu de tournage... On peut travailler les lumières d’un plan pendant plusieurs mois avant une validation finale. C’est un travail très long. Les changements sont quasi quotidiens et il ne faut pas avoir peur de recommencer son plan s’il le faut. Il faut être prêt à travailler dur car les places sont limitées dans cet univers. Mais comme ce travail est une passion, je ne compte pas les heures. »

 

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :