8898 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Conseils aux candidats > Automobile et équipementiers
Automobile et équipementiers

Le recrutement de jeunes diplômés dans le secteur Automobile et équipementiers

Après des années difficiles, les métiers de l'automobile se remettent à embaucher. Constructeurs et équipementiers se disent en effet prêts à recruter davantage en 2011. Les jeunes diplômés et jeunes talents ont donc toutes leurs chances de séduire les entreprises du secteur.
 



Articles liés

Tout savoir

Automobile : les métiers des Bac +2/3

Selon votre spécialisation, les postes de responsable après-vente, expert automobile, vendeur automobile ou mécanicien réparateur s’offrent à vous… L’expert travaille en général pour un cabinet d’expertise. Il vérifie que les dommages déclarés sur un véhicule, lors d’un accident, correspondent à la réalité. Le mécanicien réparateur de niveau Bac +2/3 sera spécialisé, par exemple, sur les moteurs à combustion interne.


 

Automobile : les profils Bac + 2/3 recherchés

Les profils technico-commerciaux Bac +2/3 sont très recherchés dans le secteur automobile. Les candidats doivent allier connaissances techniques et goût pour le commercial. Aimer le travail d’équipe est aussi une qualité importante. Selon le secteur auquel vous vous destinez, différents diplômes sont recommandés. Le BTS MCI (moteur à combustion interne) permet d’être mécanicien réparateur spécialisé, par exemple. Le BTS après-vente automobile, en revanche, mène au domaine de l’après-vente.

 

Automobile : les métiers des CAP et Bac Pro

Les titulaires des CAP et Bac Pro ont accès aux postes de mécanicien(ne), d’électronicien(ne) automobile, de contrôleur(se) technique mais aussi à ceux de vendeur(ses). Le poste dépendra de la spécialisation de votre diplôme. Avec l'expérience, il est possible de devenir chef d'équipe ou chef d'atelier.

Automobile : les profils CAP et Bac Pro recherchés

Pour les métiers techniques de l’automobile, on vous demandera d’être capable de vous servir de logiciels de gestion de maintenance assisté par ordinateur (GMAO), d’établir un devis pour les clients… Un Bac technologique STI génie mécanique ou un Bac pro maintenance des véhicules automobiles permet d'être mécanicien réparateur chez un concessionnaire ou un artisan garagiste. Un CAP vendeur-magasinier en pièces de rechange et équipements automobiles, quant à lui, offre la possibilité d'être vendeur d'équipements automobiles.

 

Automobile et équipementiers : les profils Bac +4/5 recherchés

Ce qui compte avant tout chez les industriels de l’automobile, c’est la capacité à innover. « Les spécialistes en mécatronique et les ingénieurs généralistes sont très recherchés, note Jacqueline Laire, directrice des ressources humaines de la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules). Les métiers de l’ingénierie ont pour particularité de faire travailler les collaborateurs en équipe, autour de projets liés à la conception et au développement. Il faut donc, en plus de justifier de compétences techniques et être un bon communicant ». Les profils à double compétence sont très convoités. « Les candidats qui nous rejoignent ont une bonne connaissance technologique et technique souvent acquise grâce à une expérience significative ou à des travaux de recherche, explique Patrick Bennamar, directeur de la formation du Groupe Valeo. C’est pourquoi nous recrutons régulièrement des doctorants ». Ce qui compte aussi beaucoup, c’est la capacité à évoluer et à prendre des responsabilités. « Et à les assumer ! », lance-t-il. Et côté services ? « Actuellement, les entreprises font plutôt appel à des cadres pour établir leur stratégie commerciale et mettre en place des solutions qui permettent d’optimiser les activités économiques », explique Philippe Mérel, chef du département de l’action institutionnelle de l’ANFA.

Automobile : les salaires des Bac +4/5

29 000 à 40 000 €

Selon la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules), un ingénieur conception débutant peut percevoir une rémunération qui varie de 34 à 38 000 € brut annuel. Chez Valeo, un ingénieur gagne de 33 à 35 000 €, voire un peu plus s’il a effectué son apprentissage ou un VIE dans le groupe.

 

 

Automobile et équipementiers : les métiers proposés aux Bac +4/5

Chez les équipementiers, la capacité d’innovation compte beaucoup. En conséquence, la demande de profils ingénieurs reste élevée, surtout pour la R&D, la CAO, le développement et la qualité notamment. On recrute des superviseurs de production chargés d’assurer le suivi de la fabrication et le management des équipes. Les fonctions marketing, commerciales, achats et gestion ont elles aussi besoin de profils compétents. Chez Valeo, on embauche ingénieurs R&D et projets, acheteurs, méthodistes, qualiticiens, et fonctions support, notamment autour de la finance et des RH. « Dans la branche des services, de nombreux postes sont à pourvoir pour les postes de managers intermédiaires et de chefs de vente dans les centres de distribution et les ateliers de pièces détachées », analyse Philippe Mérel, chef du département de l’action institutionnelle de l’ANFA (Association nationale pour la formation automobile).

 

 

Automobile et équipementiers, la situation de l'emploi des Bac +4/5

Chaque année, les équipementiers automobiles, ces professionnels chargés de fournir les constructeurs en première monte, et présents sur le marché de l’après-vente, recrutent plusieurs centaines de jeunes diplômés. « Il faut savoir que ces entreprises fournissent 75 à 80 % du prix de revient de fabrication d’un véhicule », argumente Jacqueline Laire, directrice des ressources humaines de la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules). Des PME connaissent même parfois des difficultés à embaucher. Valeo, un des fleurons du secteur, recherche étudiants et jeunes diplômés. « Nous recrutons une centaine d’entre eux chaque année, un tiers sont des ingénieurs », relate Patrick Benammar, directeur de la formation du Groupe. Même constat prometteur dans la branche des services. « Les besoins en compétences concernent toutes les activités engendrées par l’automobile et pendant toute sa durée de vie jusqu’à sa déconstruction et son recyclage, explique Philippe Mérel, chef du département de l’action institutionnelle de l’ANFA (Association nationale pour la formation automobile). Les prestations vont de la commercialisation à la maintenance, en passant pas la location et la gestion des parkings ». La branche recense 104 000 entreprises et plus de 415 000 salariés. « Avantage pour ces salariés, poursuit-il, le secteur du service n’est pas délocalisable car les entreprises se doivent d’être au plus près de leurs clients ». Les avancées dans le domaine de la mobilité durable et le développement de nouveaux services permettent d’envisager la création de nouveaux emplois à terme. Côté constructeur, la tradition automobile française reste active malgré les difficultés économiques. C’est surtout du côté de l’innovation, véhicules électriques ou hybrides par exemple, que les perspectives d’emplois se maintiennent pour les jeunes diplômés.

 

Conseils

Emploi automobile : faites sortir votre candidature du lot

Vous devez réussir à vous démarquer des autres postulants. Le seul moyen d’attirer l’attention des recruteurs est de montrer votre réelle passion pour l’automobile ou la moto en tant que produits.

La rédaction de votre courrier de candidature constitue le premier pas vers un employeur potentiel, suivi par un rendez-vous au cours duquel vous devez confirmer les points forts de votre curriculum vitæ et de votre lettre de motivation.

Vous devez réussir à vous démarquer des autres postulants. A ce sujet, les employeurs sont unanimes : si vous ne disposez pas déjà d’une certaine expérience, le seul moyen d’attirer leur attention est de montrer votre réelle passion pour l’automobile ou la moto en tant que produits. Il s’agit là du point essentiel à faire passer au stade de la candidature. Contrairement à ce que vous pouvez peut-être penser, cela n’est pas si simple, car il y a de grands risques que votre courrier sonne faux, même si votre passion est bien réelle !

Voici donc de petits conseils qui ont déjà fait leur preuve auprès de nombreux jeunes diplômés : valorisez votre attachement et votre attirance pour l’automobile en n’hésitant pas à être concret. Racontez quelle est votre relation avec le produit, personnellement et professionnellement (vos stages), rebondissez sur des exemples réels qui jalonnent votre vie.

Par exemple, si vous avez pratiqué la compétition en karting, l’entreprise vous pressentira comme un bon ingénieur structure, dans la mesure où la notion de liaison au sol n’aura plus de secret pour vous ! Si vous avez été chauffeur, si vous fréquentez régulièrement les salons professionnels, si vous êtes parvenu à entrer dans le petit monde de la course automobile, si vous réparez seul votre vieille voiture, ou encore si votre région de naissance connaît la présence d’une industrie automobile forte, mentionnez-le. Cela ne pourra que vous servir. Mais n’oubliez jamais que le rendez-vous est dirigé par un professionnel, passionné sans aucun doute, qui ne manquera pas de vérifier vos dires. Alors, ne prétextez pas une passion que vous ne saurez pas argumenter devant le recruteur.

Plus de conseils pour réussir vos candidatures
Plus d'infos sur les recrutements, les métiers, les salaires dans le secteur de l'automobile

 

Emploi automobile : misez sur la candidature spontanée !

La toute puissante règle en matière d’embauche dans l’industrie automobile est la candidature spontanée. En effet, même si ce mode de recrutement n’est pas le seul utilisé par les employeurs, il est d’une importance considérable.

Face à l’afflux de candidatures, l’attitude des employeurs (constructeurs ou équipementiers) est très variable. Les plus ouverts en la matière sont les équipementiers qui empruntent divers modes de recrutement. Deux raisons à cela : d’une part les profils recherchés sont généralement très précis, d’autre part les futurs embauchés ne connaissaient pas toujours les entreprises elles-mêmes. De ce fait, les équipementiers publient leurs offres d’emploi dans la presse, utilisent les organes officiels comme l’Apec ou le Pôle Emploi ou font appel à des chasseurs de têtes. La candidature spontanée, bien que généralisée, s’emploie pour décrocher un emploi, mais plus encore pour être pris(e) en stage et espérer être embauché(e) définitivement ensuite.

Paroles d'expert

Automobile : « 58 % des emplois dans les services »

Jean-Pierre Trenti est Vice-président National du CNPA (Conseil National des Professions de l’Automobile).

« Avec environ 37 millions de véhicules, on peut considérer que le parc automobile français est arrivé à maturité. Et que le marché national se résume à un marché de renouvellement : les utilisateurs ne s’équipent plus, ils se contentent de remplacer leur ancien véhicule lorsque c’est nécessaire. Par conséquent, on voit émerger des entreprises de services et de distribution dont la place ne cesse de croître. Il existe aujourd’hui, en France, 90 000 entreprises dont les métiers vont de la vente au recyclage, et de la location au contrôle technique. Ces sociétés comptent plus de 450 000 salariés, soit 58 % des emplois de la filière automobile. Cette tendance va se confirmer et s’amplifier. Dans les années à venir, nous fournirons la plupart des emplois du secteur. Les postes proposés par nos sociétés présentent un double avantage. D’une part, il s’agit en grande majorité de contrats à durée indéterminée. D’autre part, les emplois ne peuvent pas être délocalisés puisqu'ils relèvent de services de proximité. »

 

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :