7249 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Conseils aux candidats > Electronique - Electrotechnique
Electronique - Electrotechnique

Le recrutement de jeunes diplômés dans le secteur Electronique - Electrotechnique

Produits intermédiaires (câbles électriques...), équipements lourds (moteurs...) et biens de consommation (téléphones...) composent l'industrie électrique et électronique. Après une reprise timide en 2010, l'activité devrait repartir plus franchement en 2011.



Articles liés

Tout savoir

Electrotechnique : les métiers des CAP, Bac Pro

Les CAP et Bac Pro mènent à des emplois dans l’habitat et le tertiaire (installateur électricien, tableautier, monteur câbleur…) ou dans l’industrie (monteur réseau, électromécanicien d’ascenseur, agent de production…).

 

Electrotechnique : les profils CAP, Bac Pro recherchés

Les CAP/BEP en électricité, électromécanique ou électrotechnique sont courtisés sur des postes dans l’électrotechnique. De votre spécialisation dépendra votre métier. Le monteur câbleur, par exemple, est issu d’un Bac pro systèmes électroniques numériques et/ou d’un CAP préparation et réalisation d'ouvrages électriques.

 

Electrotechnique : les métiers des Bac + 2/3

Selon vos qualifications, vous pouvez travailler dans l’inspection de conformité, l’installation et maintenance d’ascenseurs, d’automatisme ou d’équipements industriels et d’exploitation, la maintenance électrique… L’inspecteur de conformité travaillera dans des secteurs variés : automobile, industrie…

 

Electrotechnique : les profils Bac + 2/3 recherchés

Les profils varient selon les métiers. Les installateurs d’ascenseurs peuvent être titulaires d’un BTS en maintenance. Ils devront avoir des compétences en électricité, électrotechnique, pneumatique, soudure, etc. Pour travailler dans l’installation et la maintenance d’automatisme, il est demandé un Bac +2 en automatisme, en informatique industrielle, en analyse industrielle, en électricité, en électronique ou en électrotechnique.

 

 

Électronique Electrotechnique : les profils Bac +4/5 recherchés

Qu’ils soient issus d’une école d’ingénieur ou d’une filière scientifique de l’université, les diplômés bac+5 sont très convoîtés. « Nous sommes ouverts à toutes les écoles de bon niveau, lance David-Alexandre Gava, directeur emploi-formation France du groupe Siemens. La différence se fait surtout par l’expérience acquise auparavant, même courte. Les stages nous servent bien souvent de sas de pré-embauche et nous cherchons le moyen de développer cette source de recrutement ». Et côté personnalité ? « L’ouverture d’esprit et le potentiel d’évolution du candidat font la différence », ajoute-t-il. Par ailleurs, la dimension internationale du secteur nécessite de posséder de bonnes compétences linguistiques. « C’est pourquoi les cadres qui intègrent Siemens doivent atteindre le niveau B2 (échelle européenne CECRL) en anglais, poursuit-il. Moi-même, je passe la moitié de mon temps à parler en anglais ». Enfin, c’est la capacité à encadrer des équipes qui fait la différence. « Les personnes qui savent développer leur leadership et qui ont la capacité à gérer des projets trouvent facilement leur place dans le secteur, confirme Maurice Pinkus, directeur de la formation à la FIEEC.

 

Électronique Electrotechnique : les salaires Bac +4/5

27000 à 40 000 €

Pour des postes techniques type ingénieur et selon le poste et le diplôme, la rémunération oscille entre 30 et 40 000 € pour un premier emploi. Chez Siemens, on recrute des débutants Bac +5 entre 27 et 32 000 €. La structure de rémunération proposée s’établit sur la base d’une part fixe et d’une autre variable. Enfin, le groupe STMicroelectronics indique que la fourchette de rémunération varie de 30 à 35 000 €.

 

 

 

Electronique Electrotechnique, la situation de l'emploi des Bac +4/5

Ingénieurs bienvenus ! Les entreprises de ce secteur de pointe le clament haut et fort. « Certes, les effectifs globaux baissent, mais ceux qui concernent les ingénieurs et les techniciens vont continuer à croître, argumente Maurice Pinkus, directeur de la formation à la FIEEC (Fédération des industries électriques, électroniques et de communication). Cela s’explique par une augmentation de ce type de postes mais aussi par les nombreux départs en retraite à venir ». Chez Siemens, on confirme. « En 2012, nous avons recruté environ 800 personnes, 70 % sont des cadres et ingénieurs et 15 % de jeunes diplômés », précise David-Alexandre Gava, directeur emploi-formation France du groupe. Même son de cloche chez STMicroelectronics qui pour un effectif global de 11 000 personnes en France compte 5 000 cadres. « Nous embauchons de 100 à 200 ingénieurs chaque année en fonction de l’activité », indique François Suquet, DRH de ce groupe qui fabrique des composants électroniques pour l’ensemble du secteur industriel. Quant aux entreprises Assystem et Segula Technologies, la première prévoit 2000 recrutements en 2013 contre 1950 l’an dernier quand la seconde en envisage 1800 contre 1500 en 2012. « Toutefois, il faut savoir que nous évoluons sur des marchés qui fonctionnent sur des cycles variables, explique David-Alexandre Gava. Commercialiser et installer un métro ou une centrale à cycle combiné nécessite plusieurs années. Tandis que vendre des automates ou des systèmes anti-incendie se fait sur un cycle beaucoup plus court. En passant d’une division à l’autre, c’est souvent un nouvel état d’esprit qu’il faut acquérir ».

 

 

Electronique Electrotechnique, les métiers accessibles aux Bac +4/5

Première activité de la branche en quête d’ingénieurs : la recherche et développement. « C’est même une des voies d’entrée du secteur », note Maurice Pinkus, directeur de la formation à la FIEEC (Fédération des industries électriques, électroniques et de communication). Deux types de parcours se dessinent ensuite pour les nouveaux arrivants, l’expertise et le management. « Autres postes qui permettent d’intégrer le secteur, chargé d’affaires, technico-commercial. De même, on recrute des jeunes diplômés bac+5 pour tous les postes liés aux achats ». Au final, c’est l’ensemble de la chaîne d’activité de la filière qui embauche. « Nous recrutons des diplômés qui assurent la commercialisation de nos produits, leur installation et maintenance. Siemens embauche donc des chefs de projet, des ingénieurs d’affaires et des ingénieurs commerciaux », explique David-Alexandre Gava, directeur emploi-formation France du groupe Siemens. Enfin, des opportunités sont à saisir dans la logistique et le contrôle de gestion et pour toutes les fonctions support.

 

 

TOP Recruteurs
13 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :