8624 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Offres > Emploi CDD et CDI > Hôtellerie - Restauration - Tourisme
Hôtellerie - Restauration - Tourisme

Le recrutement de jeunes diplômés dans le secteur de l'hôtellerie-restauration et du tourisme

Avec plus de 217 000 postes à pourvoir à l'horizon 2015, ces secteurs sont dynamiques et les besoins sont constants. Paradoxe : les employeurs peinent à trouver des candidats à l'embauche.





Articles liés

Tout savoir

Hôtellerie, restauration, tourisme : un secteur dans lequel les jeunes peuvent évoluer rapidement

Comme en témoignent de nombreux professionnels des ressources humaines, ce secteur offre de belles perspectives d’évolution aux jeunes qui s'y engagent.

 

Dans les métiers de l'hôtellerie-restauration et du tourisme, chacun peut s’épanouir. Les grandes enseignes et chaînes de restauration, par exemple, sont ouvertes « de longue date aux formations en alternance et offrent des perspectives d'évolution vraiment intéressantes aux professionnels déterminés à y faire carrière », confirme Benoît Allo, directeur de Page Personnel Restauration.

Bénéficier de parcours de formation 

« Dès leur arrivée, les nouveaux collaborateurs sont intégrés dans un parcours de formation leur permettant de connaître dès les premiers mois l’ensemble des évolutions possibles, quelles soient intermétiers ou intermarques. Progressivement, ils gravissent les échelons et occupent des postes de premier encadrement, puis de manager, de responsable de service », explique Bruno Croiset, Directeur emploi et conditions de travail pour Accor France. Idem au sein du groupe La Criée : « Nous proposons des cursus de formation pour favoriser la promotion interne et fidéliser nos salariés, souligne Antoine Hooreman, Responsable Développement RH. Un commis de salle peut évoluer vers un poste de chef de rang avant d’occuper un poste d’assistant manager puis de directeur adjoint, et devenir après quelques années d’expérience, directeur de restaurant. L’évolution peut être très rapide. Nous avons des directeurs âgés de moins de 30 ans ». 

Des passerelles "métier" 

Dans ce secteur, rien n'est figé. Un jeune peut tout à fait démarrer dans un métier très "opérationnel" et évoluer vers d'autres fonctions, à responsabilités. « Nous offrons un parcours professionnel permettant à nos salariés d’évoluer tout au long de leur carrière : de la prise de poste des moniteurs à leur évolution progressive vers un poste de directeur de centre, par exemple », note Philippe Versavaud, DRH de l'UCPA. Mais la promotion interne peut également s'effectuer vers des métiers complètement différents de celui exercé à l'origine. C’est le cas au sein du réseau Best Western France. « Certains employés changent de métier, explique Sarah Morisseau, responsable Ressources Humaines. Un réceptionniste peut traditionnellement évoluer vers un poste de chef de réception (adjoint au directeur d’hôtel), mais la mobilité intermétiers n’est pas rare dans l’hôtellerie. Un commercial peut parfaitement évoluer vers le revenue management ou le webmarketing. » 

Chez McDonald's aussi, la promotion interne est un axe fort pour l’entreprise. Le géant de la restauration rapide propose d'importantes perspectives d'évolution à l'ensemble de ses collaborateurs (70 000 salariés aujourd’hui). « 70 % des directeurs adjoints et des managers ont débuté leur carrière comme équipier et 25 % des effectifs de siège ont commencé leur carrière dans les restaurants », remarque Hubert Mongon, Senior Vice-Président en charge des RH. On peut donc commencer au bas de l’échelle, puis rapidement gravir les échelons. Ce genre d’opportunités n’existe pas dans tous les secteurs… Une chance pour la branche du tourisme et de l’hôtellerie-restauration qui est une voie pleine d’avenir pour les jeunes, et qui est réellement génératrice d’emplois.  

Y. Haddou-Essom et R. Soussi

 

En savoir plus sur les recrutements dans le secteur de l'hôtellerie-restauration et du tourisme

 

Hôtellerie, restauration, tourisme : les métiers qui recrutent

Des milliers d’emplois ne sont pas pourvus chaque année dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie-restauration ; la majorité concernent des postes relevant de métiers peu qualifiés. Mais on constate que d’autres professions, nécessitant plus de qualifications, sont elles aussi en quête de candidats. Ainsi, les opportunités pour les jeunes diplômés ne manquent pas.

Dans le secteur, différents métiers sont aujourd’hui réunis.  Ils peuvent être répartis en huit grandes familles :

  • les métiers de la restauration (cuisine et service en salle),
  • les métiers de l’hôtellerie et de l’hébergement,
  • les métiers du management,
  • les métiers liés aux loisirs (casinos, bowlings, parcs d’attraction…) et à l’animation,
  • les métiers de l’accueil,
  • les métiers liés à l’organisation des voyages (agences de voyages, tour opérateurs)
  • les métiers liés à la promotion (salons, foires,congrès…) et au développement des territoires (offices du tourisme…).
  • les métiers impactés par le tourisme : location de voitures, parkings, activités culturelles, shopping…

Les besoins de la branche « restauration »

Avec toutes les émissions télé aujourd’hui, la cuisine est à la mode. Mais ce n’est pas pour autant que les candidats sont légion ! Selon la dernière enquête BMO de Pôle Emploi, 30 000 cuisiniers et près de 64 000 aides, apprentis et employés polyvalents de cuisine, manquent à l’appel. Mais on recherche aussi d’autres profils : « On recrute des directeurs adjoints et des directeurs de restaurant, par exemple », souligne Anne-Laure Meyer, manager exécutif senior chez Michael Page Hôtellerie & Tourisme.

Par ailleurs, il faut savoir que la restauration commerciale et la restauration rapide se sont particulièrement développées ces dernières années. Et cet essor s’accompagne actuellement d’une demande croissante des grandes chaînes pour des profils beaucoup plus qualifiés, « de commerciaux B2B et, au niveau siège, de profils marketing pour des postes de chef de produit, responsable marketing direct ou responsable promotion », explique Benoît Allo, directeur de Page Personnel Restauration.

Les métiers qui recrutent des jeunes diplômés dans l’hôtellerie et le tourisme

« Outre les métiers de réceptionniste et de concierge sur lesquels nous intervenons depuis plusieurs années, nos clients du secteur hôtelier recrutent actuellement beaucoup sur les fonctions commerciales (assistant, attaché commercial…) et sur les fonctions comme le yield management, visant à optimiser le taux de remplissage et les revenus des établissements », précise Sylvain Massebeuf, directeur senior de Page Personnel Hôtellerie & Tourisme.

Pour les jeunes diplômés, les opportunités se situent « dans les métiers d’encadrement/management opérationnel, constate-t-on chez Michael Page Hôtellerie & Tourisme. Les établissements hôteliers recherchent notamment, des chefs de réception (organisation et gestion du service Réception), des directeurs adjoints, des chefs de réservation, des gouvernants ».

Enfin, dans le tourisme, « les employeurs recherchent plus particulièrement des agents de réservation dans les agences de voyages ou les plateformes d’affaires », observe Anne-Laure Meyer. Ce que confirme  Sylvain Massebeuf : « Aux côtés des pure players, les grands voyagistes ont tous développé des offres online et recrutent régulièrement des agents de réservation, postes pour lesquels la connaissance du logiciel Amadeus est désormais systématiquement exigée. L’évolution des attentes de la clientèle se traduit également par le recrutement de concepteurs de voyages, de forfaitistes et autres fonctions marketing pour élaborer et promouvoir des produits attractifs en termes de contenu et de prix » ajoute-t-il.

Y. Haddou-Essom

Hôtellerie Restauration, la situation de l'emploi

Avec 195 000 entreprises dans la restauration et les débits de boissons, et 36 000 dans l’hôtellerie, le secteur propose chaque année 200 000 postes. Malgré cela, 15 % des offres d'emploi restent sans réponse. Ce besoin constant en personnel est dû, en partie, à l'importance du du turn-over constaté dans la profession. 

Un secteur en bonne santé

Actuellement, l'hôtellerie-restauration emploie environ 800 000 actifs (salariés et non-salariés), dont la moitié travaille dans le secteur de la restauration. Le marché de l'emploi en hôtellerie-restauration présente plusieurs spécificités intéressantes à connaître quand on souhaite entrer dans le secteur. Tout d'abord, il faut souligner la forte présence des femmes. On estime en effet qu'environ un emploi sur deux est occupé par une femme. Mais, malheureusement, les femmes ne sont pas présentes à tous les postes. Si on les trouve en nombre dans les cantines scolaires ou aux étages dans les hôtels, elles sont en minorité aux postes d'encadrement, qui restent encore l'apanage des hommes. Une inégalité qui n'est d'ailleurs pas spécifique à l'hôtellerie-restauration.

Les jeunes tiennent aussi une grande place : une majorité des employés ont moins de 40 ans. Autre spécificité : l'hôtellerie-restauration est ouverte aux non-professionnels, c'est-à-dire aux personnes qui ne détiennent pas un diplôme en rapport direct avec la profession, particulièrement en hôtellerie dite économique et en restauration collective et rapide. Enfin, il faut savoir que l'emploi à temps partiel est assez important et se développe chaque année. On compte ainsi jusqu'à 80 % des personnes travaillant à temps partiel - volontairement ou non - dans les restaurants rapides, ceci en raison de l'alternance d'heures creuses et de « coups de feu ».

Des qualités plurielles

Pour tirer son épingle du jeu, il faut répondre aux attentes des recruteurs. En hôtellerie comme en restauration, on recherche des candidats persévérants, c'est-à-dire diablement motivés, mais aussi polyvalents, c'est-à-dire possédant une formation technique de qualité avec, en plus, des capacités de gestionnaire, la carrure d'un manager d'hommes ou encore des connaissances en marketing. Quand on lit, par exemple, les annonces de la restauration rapide et collective, on arrive vite à dessiner un portrait type du candidat idéal : un jeune titulaire d'un Bac + 2, avec une première expérience professionnelle, doté de vraies qualités relationnelles et assez solide pour gérer une équipe. Dernière qualité à faire valoir : un brin de modestie. En effet, les employeurs se plaignent d'avoir de plus en plus affaire à des jeunes fraîchement sortis d'école et qui n'ont qu'un souhait : devenir immédiatement directeur. Alors qu'en hôtellerie-restauration, encore plus qu'ailleurs, il faut d'abord commencer par faire ses preuves.

Tourisme, la situation de l'emploi

Le tourisme, c’est aujourd’hui 237 000 entreprises, plus de 800 000 salariés et 2 millions d’emplois directs et indirects. Mais c’est aussi des dizaines de milliers de postes qui restent non pourvus !

Ce secteur est l’un des rares à pouvoir se targuer d’une croissance de l’emploi quasi continue depuis cinquante ans ! « Avec une croissance de 15 % de l’emploi salarié entre 2000 et 2010, le secteur a plutôt bien résisté à la crise, soulignait Michel Sapin, Ministre du Travail et de l’Emploi, le 7 novembre 2013. Et son potentiel d’emploi pour l’avenir reste important ».

Pour les jeunes, diplômés ou peu qualifiés, il l’est tout autant car il offre des milliers d’opportunités, et cela, que l’on possède un CAP, un BTS ou un Bac +5. Selon un rapport remis conjointement à la Ministre du Tourisme et au Ministre du Travail,  le tourisme apparaît comme «  un secteur clé en termes d’insertion professionnelle des personnes peu qualifiées et notamment des jeunes : 80 % des emplois à pourvoir sont des emplois de premier niveau de qualification ».

Un secteur qui crée 60 à 70 000 nouveaux emplois

L’estimation des besoins annuels en nouveaux professionnels (hors emplois saisonniers) reste important. Il est de l’ordre de 60 à 70 000 emplois. Cette estimation des besoins concerne aussi bien :

• les métiers de l’hébergement : employés d’étage (6 000), employés du hall (2 000), encadrement de direction (1 000).

• que les métiers de la restauration : cuisiniers (15 000), aides de cuisine-plongeurs (12 000), serveurs-garçons de cafés (25 000), encadrement – maîtrise (5 000).

En outre, des emplois non spécifiques au secteur (comptables, secrétaires, …) sont également à  pourvoir chaque année sans que leur nombre soit connu, sachant qu’ils représentent près de 50 000 emplois permanents.

400 000 emplois saisonniers

Concernant les emplois saisonniers, ces besoins sont de l’ordre de 100 000 postes à pourvoir en hiver et 300 000 en été. De durée variable, ils donnent lieu, principalement l’été, à des embauches multiples pour couvrir la totalité de la période d’activité saisonnière.

Yasmina Haddou-Essom

Rapport de François Nogue,  « Le tourisme, filière d'avenir - Développer l'emploi dans le tourisme », novembre 2013

 

 

Hôtellerie Restauration : osez l’expérience internationale !

Savez-vous qu’en étant formé à l’un des métiers de l’hôtellerie-restauration ou du tourisme, vous avez un énorme atout en main ?

En effet, les professionnels du secteur font partie des Français qui s’exportent le mieux à l’étranger. Alors, si vous vous sentez prêt pour l’aventure, profitez de l’aubaine ! Une expérience à l’étranger vous permet de faire coup double : acquérir un bon niveau dans une langue étrangère et enrichir votre CV. Un employeur saura toujours apprécier le fait que vous soyez parti à l’étranger : un ex-expatrié est quelqu’un qui a fait la preuve de sa débrouillardise, de sa mobilité et qui sait s’adapter. En revenant en France, vous pourrez aller frapper sans gêne à la porte des entreprises internationales, puisque vous aurez le fameux profil international. Sachez que les professionnels français formés à l’hôtellerie-restauration sont particulièrement appréciés en Allemagne, Irlande, Angleterre (vous avez certainement déjà entendu parler de l’engouement des jeunes Français pour Londres), au Canada (attention, les conditions d’entrée dans le pays sont drastiques) et aux Etats-Unis (même remarque que pour le voisin canadien : visa de travail très difficile à obtenir).

Vers qui se tourner ?

Des organismes publics et des associations peuvent vous aider à préparer votre départ et à trouver un emploi, nous vous en citons quelques-uns.

 La Maison des Français de l’étranger (MFE). Elle dépend du ministère des Affaires étrangères et européennes. Vous pourrez y rencontrer des conseillers spécialisés qui vous renseigneront sur les secteurs porteurs, les conditions d’entrée dans le pays visé ou encore sur les aspects pratiques de l’expatriation (protection sociale, fiscalité…).
Web : www.mfe.org

L’ Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) gère les flux migratoires et répertorie la grande majorité des offres d’emploi à l’étranger consultables sur son site Internet. Elle participe au développement du réseau public de placement à l’international (Espace Emploi International) en collaboration avec le Pôle Emploi.
Internet : www.ofii.fr

 Le Pôle Emploi international : espace emploi international. Vous trouverez des offres d’emploi, de la documentation et des conseillers (les conseillers EURES, certains de ces spécialistes sont présents en province, renseignez-vous auprès de votre agence Pôle Emploi).
Internet : www.emploi-international.org

Pour aller plus loin, Le guide des métiers du tourisme et de l’hôtellerie-restauration, aux éditions Studyrama.

Conseils

Les qualités indispensables pour travailler dans l’hôtellerie-restauration

Quelles sont les qualités essentielles pour séduire les employeurs  du secteur de l'hôtellerie-restauration ?

La motivation

Pour accepter sans trop rechigner les conditions de travail particulières à l’hôtellerie-restauration, il faut être motivé. L’amour du métier aidera les jeunes filles à supporter une ambiance parfois un tantinet machiste dans les cuisines. Idem dans le tourisme, penser à donner avant de recevoir. Dès votre arrivée dans l’entreprise, voire plus tôt encore, il ne faut pas hésiter à investir dans sa carrière avec générosité.

Le sens du service

« Le client est roi. » Vous entendrez cette maxime un nombre incalculable de fois. Mal embouché, exigeant, de mauvaise foi… quel que soit son pedigree, le client est bien le roi. A vous d’en prendre, une fois pour toutes, votre parti. Mais, attention : il ne s’agit pas d’être bêtement servile et de se rendre invisible, mais, au contraire, d’être à l’écoute et bien présent. Si vous êtes animé de l’envie de faire plaisir, à table comme à l’accueil, les contacts avec la clientèle et les tâches difficiles vous sembleront beaucoup plus agréables.

L’autonomie et l’initiative

Il est midi, la salle du restaurant est pleine, les clients sont affamés, les commandes affluent et, en cuisine, les commis… tournent en rond. “ Faut-il commencer par dresser les salades ou préparer les assaisonnements ? ”, se demandent-ils. Le chef n’a déjà pas assez de ses deux yeux pour surveiller ses casseroles et certainement pas le temps de les assister. Un vrai cauchemar ! Et oui ! Même quand on débute, on doit savoir s’organiser, que faire de ses dix doigts, être actif. La hiérarchie est là pour diriger les opérations, mais il faut aussi se prendre en charge.

La facilité à s’intégrer

En hôtel, comme en restaurant, le travail se déroule en équipe. Un établissement repose sur une bonne organisation et des troupes soudées. Le serveur doit avoir conscience du travail réalisé en cuisine et vice-versa. Cette solidarité entre corps de métiers permet à chacun d’être efficace et à tout le monde de travailler dans une bonne ambiance. Les solitaires devront apprendre à s’ouvrir aux autres et à faire équipe. Le souci d’intégration se retrouve également dans le tourisme : il faut jouer le jeu de l’équipe, ne pas rester inactif lorsque les autres sont débordés.

Le sens de la communication

Métiers de service, les métiers de l’hôtellerie-restauration demandent d’être à l’écoute des autres, de savoir analyser une demande ou d’arriver à aplanir un malentendu, avec un peu de diplomatie. Dans l’exercice de votre métier, vous serez amené à rencontrer des personnes très différentes. Le bon professionnel du tourisme, quant à lui, doit être souriant, serviable, attentif à l’autre.

Une bonne présentation

Si vous avez déjà été accueilli par un réceptionniste qui mâchouillait un chewing-gum, qui marmonnait dans une barbe de trois jours et qui portait une chemise à la propreté douteuse, c’est que vous… n’avez vraiment pas eu de chance ! Dès que l’on est en contact avec le client, il faut être impeccable que ce soit dans le tourisme ou l’hôtellerie-restauration. Et si, en cuisine, les chefs portent toques blanches et tabliers réglementaires, c’est également pour avoir de la prestance.

Le respect de la hiérarchie

Sans être aussi protocolaire que l’armée, le milieu de l’hôtellerie-restauration exige de la discipline et le respect des supérieurs hiérarchiques. Un commis suit les consignes de son chef, un serveur celles de son chef de rang. En cuisine, en salle, comme aux étages, il faut agir vite et efficacement. Les chefs sont là pour diriger les opérations. Bien sûr, il n’est pas toujours facile d’obéir, mais rappelez-vous que l’hôtellerie-restauration offre, aux plus motivés d’entre vous, de belles perspectives de carrière.

La curiosité

Apprendre, se documenter, devenir un expert en destinations, sept clients sur dix ignorent précisément où ils veulent aller quand ils entrent dans une agence. A vous de les convaincre.

Trouver un emploi dans l’hôtellerie-restauration : les organismes spécialisés

Vous pouvez trouver en emploi par vos propres moyens, mais pourquoi ne pas vous faire aider dans vos recherches par des spécialistes ?

Vous pouvez tout d’abord vous inscrire dans une agence d’intérim spécialisée dans l’hôtellerie-restauration ou dans le tourisme, mais aussi parler de votre projet professionnel à l’un des conseillers du Pôle emploi dont vous dépendez.

Les Franciliens sont particulièrement chanceux : Paris abrite le Pôle emploi HCRB, spécialisé dans l'hôtellerie-cuisine-restauration-métiers de la bouche, mais également dans le tourisme. L’une des raisons de la présence de ces services spécialisés dans la capitale est que l’Ile-de-France représente l’un des principaux pôles d’activités de ces deux secteurs.

Plus d'informations sur le secteur de l'hôtellerie-restauration (recrutements, salaires...)

Comment trouver un emploi dans l’hôtellerie-restauration ?

Voici quelques pistes qui vous aiguilleront dans votre recherche d'entreprise.




Les petites annonces

Première voie à explorer : celle des petites annonces dans la presse. Les cafés et autres restaurateurs communiquent souvent dans ce genre de supports pour toucher plus faculement les candidats au niveau local. Journaux régionaux mais aussi journaux gratuits distribués dans les villes... restez à l'affût et consultez-les régulièrement. N'oubliez pas que le nombre d'offres publiées croît à l’approche des saisons touristiques.

La presse professionnelle

Afin d’augmenter vos chances de dénicher la petite annonce qui correspond le mieux à votre profil, vous avez aussi tout intérêt à consulter la presse professionnelle. Ces journaux spécialisés proposent généralement des pages « emploi ». En les lisant, vous apprendrez également des informations intéressantes sur la santé du secteur, comme le nom des établissements qui viennent d’ouvrir, les types de formation les plus appréciés, les nouvelles techniques, des interviews de professionnels… A savoir : ces magazines ne sont pas vendus en kiosque, mais sur abonnement.

Utiliser le réseau de votre établissement

Autre source d’annonce : votre ancienne école. Si elle est reconnue par les professionnels, ils feront spontanément appel à elle pour faire connaître leurs besoins en matière de recrutement. Vous avez donc intérêt à garder le contact.

Les sites emploi sur le Web 

Enfin, il reste - bien sûr- la piste Internet. Une quinzaine de jobboards spécialisés sur le secteur existe sur la Toile. Tous proposent des offres d'emploi. Sur certains, vous trouverez également des offres pour des stages ou des contrats en alternance. A vous de les débusquer ! 

Y. H-E

 

 

Témoignage

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :