Identifiez-vous
1_emploi_bouton_180
Accueil > L’apprentissage, un tremplin vers l’emploi dans l’artisanat

L’apprentissage, un tremplin vers l’emploi dans l’artisanat

Apprentissage dans l'artisanat

La première entreprise de France, l’Artisanat, forme aujourd’hui 35 % du total des apprentis de France métropolitaine, soit l’équivalent de 140 000 jeunes chaque année. Découvrez l’importance de l’apprentissage dans le secteur de l’artisanat.

 



Une étude du Fonds national de promotion et de communication de l’artisanat (FNPCA) révèle que près de 8 Français sur 10 conseilleraient à leur enfant ou à un proche de choisir l’apprentissage pour devenir artisan.

Des apprentis très jeunes dans l’artisanat

L'apprentissage attire les jeunes artisans. Les apprentis du secteur proviennent pour la moitié d’entre eux du collège : 46 % d’entre eux sont donc mineurs contre 28 % seulement dans l’apprentissage en général. 30 % des apprentis artisans sont issus d’une réorientation après le lycée, l’université ou encore du monde professionnel.

Concernant les secteurs d’activité, l’alimentation concentre la propension à former des apprentis la plus élevée avec 1 apprenti pour moins de 2 TPE. Dans les TPE artisanales des services et du BTP, le nombre d’alternants  est d’environ 1 apprenti pour 9 TPE. L’emploi d’apprentis est moins répandu dans les activités de la fabrication avec 1 apprenti pour 13 entreprises.

La répartition hommes/femmes dans l’apprentissage artisanal est similaire à celle des emplois salariés. 26 % des apprentis sont des femmes et se tournent majoritairement vers les activités de soins à la personne, fleuristerie, textile, habillement, nettoyage, pressing. Les hommes quant à eux, représentent 74 % des apprentis et s’orientent plutôt vers les métiers de la boulangerie/pâtisserie, du BTP, de l’automobile ou encore vers le travail des métaux.

A LIRE AUSSI >> Réforme de l'apprentissage : ce qui change pour les apprentis 

Clara, apprentie coiffeuse et Meilleur ouvrier de France

Clara Quesne, rêvait d’être coiffeuse depuis toute petite, après un CAP à l’IFPM de Nanterre, elle passe aujourd’hui son BP et espère intégrer un BTS l’année prochaine. A 18 ans, elle passe son temps entre l’école et le salon. Les journées de travail au salon de coiffure sont très intenses : après avoir acquis toutes les bases au début de son CAP, elle est désormais en charge de la clientèle et s’occupe des coupes homme et enfant.

A LIRE AUSSI >> Réussir sa première expérience en alternance

Clara s’est toujours sentie bien encadrée dans sa formation qui lui a notamment permis de participer à des concours d’apprentis : médaillée d’or départementale et régionale lors des Meilleurs Ouvriers de France il y a trois ans, elle participera une nouvelle fois l’année prochaine, aux Olympiades des métiers (elle est déjà arrivée 5ème sur 13ème au niveau national).

Grâce aux concours, Clara a beaucoup appris au niveau de l’organisation, de la régularité et de l’esprit d’équipe. L’apprentissage lui a également permis d’être facilement intégrée et très vite responsabilisée dans le monde du travail.


=> Pour rencontrer des écoles et entreprises qui forment en alternance, RDV à l'un des Salons Studyrama Sup'Alternance.

Informations et invitations

Un véritable tremplin vers l’emploi

D'ailleurs, 70 % des apprentis ont trouvé un emploi dans les 7 mois qui ont suivi la fin de leur formation. Une bonne nouvelle qui conforte l’Artisanat. Le secteur occupe désormais la place du premier employeur d’apprentis en France. L’employabilité des jeunes s’élève avec le niveau de diplôme : 56 % des diplômés sortant de CAP occupent un emploi, contre 77 % des détenteurs d’un Brevet Professionnel, 73 % des détenteurs d’un Bac Pro ou 75 % d’un BTS.

Autre bon point, les moins de 30 ans représentent un créateur d’entreprise artisanale sur 5. Une autre façon d’aborder l’artisanat, à une époque où les jeunes sont particulièrement attirés par l’autonomie et la liberté dans leur carrière professionnelle.

Mathilde Reydet

Agenda
du recrutement