9063 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Commerce interentreprises : 50 000 emplois à pourvoir en 2013

Commerce interentreprises : 50 000 emplois à pourvoir en 2013

Cet article est issu des archives de StudyramaEmploi.com et n'est accessible que par un moteur de recherche.
Nous vous invitons donc à rechercher, dans les rubriques en ligne de StudyramaEmploi.com, une information actualisée sur ce sujet.
Le commerce BtoB recrute et le fait savoir ! La Confédération française du commerce interentreprises (CGI) prévoit 50 000 embauches en 2013. Elle lance une nouvelle campagne de recrutement visant les futurs jeunes diplômés. Du CAP au Bac +5, les postes et les profils recherchés sont variés. Focus sur un secteur en forte croissance.

Peu connus, les métiers du commerce BtoB ne cessent, pourtant, d’afficher des recrutements colossaux. Pour cause, « le secteur du commerce interentreprises (commerce de gros et commerce international) connaît une croissance continue depuis huit trimestres consécutifs. Et avec un chiffre d’affaire de 700 milliards d’euros, il est en mesure de parler, cette année encore, de recrutement de masse », se félicite Hugues Pouzin, directeur général de la CGI, représentant l’ensemble des grossistes distributeurs de France. Après avoir recruté plus de 80 000 personnes en 2012, le secteur prévoit 50 000 embauches en 2013, et principalement en CDI. Une aubaine pour les futurs et jeunes diplômés en quête d’un premier emploi durable, mais aussi pour les jeunes ayant moins de trois ans d’expérience. D’autant plus que le secteur peine à recruter de nouveaux talents, et particulièrement dans le commerce de gros.

Pénurie de talents

Alors que les emplois sont nombreux, paradoxalement, les candidats manquent à l’appel. En effet, « 50 % des entreprises ayant l’intention d’embaucher déclarent éprouver des difficultés à trouver des candidats », déplore Hugues Pouzin. Les besoins se situent dans l’ensemble des filières du commerce de gros. Dans le détail, 40 % des postes sont à pourvoir dans les biens d’équipement interindustriels (fournitures et équipements industriels, matériaux de construction, équipements automobiles, équipements pour le commerce et les services, matériel agricole), 31 % concernent les biens de consommation alimentaires (fruits & légumes, boissons, semences, alimentation animale, épicerie sèche, produits surgelés), et 24 % sont proposés dans les biens de consommation non-alimentaires (parfums, cosmétiques, équipements informatiques, produits pharmaceutiques, habillement, chaussures…).

Les BTS NRC et TC très recherchés

La moitié des postes concerne les métiers commerciaux. Ainsi, les entreprises du secteur – au nombre de 120 000 dont 97 % de PME et TPE - recherchent essentiellement des commerciaux itinérants et sédentaires. Mais aussi dans les fonctions logistiques. Magasiniers, manutentionnaires, chauffeurs-livreurs, préparateurs de commandes, caristes manquent également à l’appel. Le secteur offre, par ailleurs, des postes administratifs (responsable financier, assistance commerciale, standard…). Tous les niveaux sont concernés. « Les diplômés Bac +2/3 sont très recherchés pour occuper des postes commerciaux et d’encadrement. Les BTS NRC (Négociation relations clients), Technico-commercial, Commerce international sont notamment très courtisés par les employeurs », observe le directeur général. Par ailleurs, 28 % des responsables commerciaux sont des ingénieurs. Les profils CAP, Bac ne sont pas en reste. Ils sont particulièrement recrutés sur des postes de chauffeur-livreur, magasinier ou de préparateur de commandes notamment.

Jusqu’à 45 000 € par an

Si les postes sont à pourvoir partout en France, les futurs salariés sont, toutefois, particulièrement attendus en Ile-de-France. La région concentre un peu plus de 10 000 emplois à elle-seule. Viennent ensuite les régions Rhône-Alpes, Aquitaine et PACA, avec chacune, près de 5 000 postes à pourvoir. Et pour attirer les jeunes, le secteur se donne les moyens. « Les salaires sont 15 à 25 % supérieurs à ceux rencontrés dans la grande distribution », rappelle le directeur général. Dans l’ensemble des filières, les salariés cadres du secteur peuvent espérer jusqu’à 48 500 euros bruts (hors primes) en moyenne par an. Les salaires des techniciens-agents de maîtrise s’élèvent en moyenne à 28 900 €, ceux des employés-ouvriers atteignent les 22 300 euros. Et les jeunes peuvent accéder rapidement à des postes d’encadrement et de direction. « Après plusieurs années d’exercice, un préparateur de commandes peut évoluer vers l’encadrement, et pourquoi pas devenir chef d’entreprise. Des passerelles ont été mises en place pour favoriser ces évolutions professionnelles », annonce Marc Hervouet, le président de la CGI. Preuve que la mobilité concerne tous les salariés. Trois quarts des jeunes qui travaillent dans ce secteur y sont encore deux ans après leur embauche.

Rachida Soussi

=> Tout savoir sur le secteur Commerce/Distribution/E-commerce

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :