9081 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil

Interview

Handicap et emploi : « Relever le niveau de qualification des jeunes »

Cet article est issu des archives de StudyramaEmploi.com et n'est accessible que par un moteur de recherche.
Nous vous invitons donc à rechercher, dans les rubriques en ligne de StudyramaEmploi.com, une information actualisée sur ce sujet.
La situation du marché de l’emploi s’est améliorée pour les personnes handicapées ces dernières années. Pour autant, un frein majeur d’accès à l’emploi demeure : le niveau de qualification. Un entretien avec Christian Grapin, directeur de l’association Tremplin Entreprises qui prépare les personnes handicapées à leur future insertion professionnelle.

Quels sont les principaux freins à l'emploi des jeunes en situation de handicap ?

La situation du marché de l’emploi s’est améliorée pour les personnes handicapées, même en temps de crise, les recrutements ont connu une hausse dans tous les secteurs d’activité, de l’agriculture à l’industrie, en passant par le tertiaire, la construction et les transports. Mais un frein majeur d’accès à l’emploi demeure : le niveau de qualification. Il est difficile pour ces jeunes d’accéder à l’enseignement supérieur. Dans les services, et plus particulièrement dans l’informatique, les entreprises éprouvent des problèmes de sourcing car elles ont besoin de personnes qualifiées. Or on constate que les personnes handicapées en poste ont dans 80 % des cas un niveau inférieur au Bac. Plusieurs actions doivent être menées pour augmenter le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur. Les jeunes diplômés Bac pro doivent être encouragés à poursuivre leurs études quand ils en ont les capacités. Ils ne sont pas toujours conscients qu’ils peuvent poursuivre jusqu’à une licence, voire jusqu’au master. Tremplin souhaite également sensibiliser les lycéens aux classes Prépa pour leur permettre d’accéder aux grandes écoles. Il existe très clairement un déficit d’information qui s’ajoute au phénomène d’autocensure. Il faut lutter contre ces freins et ces stéréotypes pour faciliter leur réussite scolaire et leur future insertion professionnelle.

Comment mieux faire se rencontrer l’offre et la demande ?

Il faut s’inscrire dans un « cercle vertueux inclusif ». S’il faut encourager les jeunes à faire des études pour accéder plus facilement à l’emploi, il faut qu’ils puissent inclure les besoins à venir des entreprises pour construire leur parcours d’études. Et il faut que les entreprises ouvrent leurs portes à ces jeunes au plus tôt de leurs études vers le supérieur, pour mieux les inclure dans leur processus de recrutement. Les informer sur leurs besoins futurs, leur montrer les métiers, les accueillir au sein de leurs activités, etc. En créant cette dynamique inclusive, on pourra faire évoluer la situation. Depuis 20 ans, l’association organise, dans ce sens, plusieurs actions de rencontres dans l’année. Plus de 750 actions ont été réalisées en 2010 : parrainages, entretiens avec les entreprises (sur leurs métiers, la compatibilité de son handicap et l’exercice d’une fonction…), recrutements (stages, alternance, premier emploi, jobs d’été, jobs à l’année). Sur l’ensemble des jeunes suivis souhaitant intégrer le marché du travail, 65 % trouvent un emploi en moins de 6 mois (85 % en moins de 9 mois). Nous accompagnons des jeunes de la 1ère au doctorat.

Autre chose à ajouter ?

Les futurs diplômés ne doivent pas hésiter à se rapprocher du monde de l’entreprise, des métiers de demain, des formations qui y mènent. En d’autres termes, aller, bien en amont de l’emploi, à la rencontre des employeurs pour construire leur avenir professionnel.

Pour en savoir plus : www.tremplin-entreprises.org.

 Propos recueillis par Rachida Soussi

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :