Identifiez-vous
stages_180
Accueil > Comment les étudiants des grandes écoles abordent-ils le marché du travail ?

Comment les étudiants des grandes écoles abordent-ils le marché du travail ?

Les attentes professionnelles des étudiants des grandes écoles
Le Boston Consulting Group (BCG), Ipsos et la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) ont publié le baromètre « Talents, ce qu’ils attendent de leur emploi »*. Regards croisés des anciens et des étudiants actuels.


1 680 étudiants et 1 586 anciens étudiants des 160 écoles membres de la CGE ont été interrogés. Pour la majorité des sondés, l’intérêt du poste (92 %), le bien-être au travail (84 %) et l’adéquation avec les valeurs personnelles (72 %) sont trois critères primordiaux pour choisir un métier. Sur les 11 choix qui leur étaient proposés, la rémunération n’arrive qu’en 9ème position. Cependant, 77 % des anciens étudiants considèrent les responsabilités du poste comme déterminant dans leur choix, contre 59 % des étudiants actuels.

A LIRE AUSSI >> Les jeunes diplômés des grandes écoles s’insèrent bien 

Des ambitions différentes mais des envies communes

Ayant déjà expérimenté le monde professionnel, les diplômés ont des ambitions très différentes des étudiants. 42 % d'entre eux souhaitent travailler pour un grand groupe (contre 54 % pour les étudiants actuels), 36 % veulent créer leur entreprise (contre 22 %) et 19 % envisagent de travailler à leur compte (contre 5 %). Leurs priorités varient aussi : ils préfèrent créer de la valeur et de l’emploi, afin de fournir un travail utile.

A LIRE AUSSI >> LVMH et Airbus Group, employeurs idéaux des étudiants

Anciens et actuels étudiants s’accordent en revanche sur l’environnement de travail et le management. Ils demandent des méthodes plus collaboratives, une organisation du travail flexible en mode « projet » et une possibilité de se former et de changer de métier au sein de la même entreprise. Au niveau des domaines et des missions, ils favorisent les projets qui apportent du sens et qui touchent à l’économie sociale et solidaire. Ils sont même 59 % à être prêts à accepter une baisse de salaire supérieure à  5 % pour travailler dans ce secteur.

Nina Simonneau

*Cette enquête est une consultation, cela signifie qu’elle s’adresse à tous les répondants volontaires, permettant de récolter un maximum de réponses auprès d’une population. Elle n’a cependant pas une vocation de représentativité de la population interrogée.

Recruteurs à la une
2 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement