Identifiez-vous
alternance_bouton_2019_180
Accueil > Les diplômés de l’université s’insèrent mieux

Les diplômés de l’université s’insèrent mieux

L'insertion des jeunes diplômés
Selon la dernière enquête de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation, l’insertion professionnelle des jeunes diplômés de l’université est en constante amélioration. Les diplômes universitaires restent un rempart contre le chômage.


La situation des diplômés de DUT, licence professionnelle et master s’améliore d’année en année. L’étude, réalisée entre décembre 2017 et avril 2018, porte sur la situation des diplômés 2015 de DUT, licence professionnelle et master, 18 mois puis 30 mois après l’obtention de leur diplôme. D’après cette 19e enquête de l’Enseignement supérieur, le taux d’insertion  des diplômés de l’université 2015 progresse d’un point par rapport à la promotion 2014.

L’université, un tremplin vers l’emploi

Les diplômés de l’université s’insèrent de plus en plus facilement sur le marché du travail avec quelques légères différences selon les diplômes. Pour les diplômés de master LMD, le taux d’insertion à 18 mois est de 87 % et celui à 30 mois de 91 %, tandis que pour ceux issus de licence professionnelle, le taux passe de 67 % à 18 mois et à 81 % à 30 mois après l’obtention du diplôme. Quant aux jeunes diplômés de DUT, leur taux d’insertion atteint 86 % après 18 mois et 91 % au moment de l’enquête.

Les conditions d’emploi des diplômés de master LMD sont également bonnes : 75 % des diplômés ont un emploi stable et 86 % d’entre eux occupent un emploi de catégorie cadre ou professions intermédiaires. Sans conteste, les diplômes universitaires offrent encore de belles insertions professionnelles.

A LIRE AUSSI >> L’insertion des jeunes diplômés est au beau fixe

Des disparités selon les filières universitaires

Les disparités entre les différentes disciplines demeurent toutefois importantes. Les diplômés de master droit-économie-gestion s’insèrent mieux : 93 % d'entre eux ont trouvé un emploi contre 87 % des diplômés en sciences humaines et sociales et 87 % des étudiants en lettres-langues-arts. De plus, les emplois cadres ou professions intermédiaires sont nettement plus fréquents dans la filière « sciences-technologie-santé » : 94 % des diplômés de master y ont accès.

De meilleurs salaires pour les universitaires

Côté rémunération, les diplômés de master LMD et de licence professionnelle voient leur salaire net médian augmenter par rapport à la promotion précédente : de 50 euros pour le master, soit un salaire de 1 980 euros nets par mois, et de 40 euros pour la licence professionnelle, soit 1 650 euros nets. Quant à celui des diplômés de DUT, il est en baisse de 20 euros et s’établit à 1 520 euros nets par mois pour la promotion de 2015. 

Mathilde Reydet

Recruteurs à la une
1 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement