7111 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Offres > Emploi CDD et CDI > Distribution - Commerce - E-commerce
Distribution - Commerce - E-commerce

Le recrutement de jeunes diplômés dans le secteur de la Distribution, du Commerce/Vente et du E-commerce.

D'après la FCD, ces secteurs comptent plus de 636 000 salariés en France. La grande distribution figure en bonne place parmi les secteurs qui recrutent des jeunes diplômés. Ces derniers sont recherchés, notamment dans les hypermarchés mais également dans les supermarchés de proximité, en plein développement.

Focus marché :
- Quelles opportunités pour les jeunes diplômés dans la distribution ?
- E-commerce/Digital : des emplois par milliers !
- Les salaires dans la vente, distribution, mode et luxe



Articles liés

Tout savoir

Distribution : les métiers des CAP, Bac Pro

Les titulaires d’un CAP ou d’un Bac pro peuvent accéder à divers postes dans la distribution : réceptionnaire ou cariste, assistant chef de rayon, hôte de caisse, employé libre-service, vendeur technique ou spécialisé, technicien de surface…

 

 

Distribution : les profils CAP, Bac Pro recherchés

Chaque poste demande des compétences particulières. L’hôte de caisse devra être souriant, attentif et aimable. Le vendeur technique est spécialisé dans un rayon, il doit avoir des connaissances spécifiques à celui-ci (photographie, informatique, etc.). L’assistant chef de rayon, avec un Bac pro commerce, devra faire preuve d’observation pour réapprovisionner les clients et passer les commandes aux fournisseurs.

 

Distribution : les salaires des CAP, Bac Pro

Les hôtes de caisse perçoivent en général le Smic horaire, soit 9,53 € brut/heure. Le salaire d’un assistant chef de rayon varie entre 1 445 et 1 600 €, selon les enseignes et les chaînes de distribution.

 

Commerce Distribution, la situation de l'emploi des Bac +2/3

Bien qu’elle se positionne comme parmi les plus gros employeurs en France, la distribution souffre depuis de longues années d’un déficit d’image qu’elle peine à gommer. Horaires exponentiels, salaires peu élevés, conditions de travail difficiles font partie des étiquettes qui lui collent à la peau. Pourtant, ce secteur offre de réelles opportunités d’emploi, qui ensuite peuvent déboucher sur des évolutions de carrière intéressantes. La distribution est aussi une activité qui se développe constamment.

Plusieurs milliers d’embauches

Certaines grandes enseignes ont déjà annoncé leurs perspectives de recrutement pour l’année 2014. Carrefour envisage de recruter 200 à 250 jeunes diplômés. Lidl recherche 300 collaborateurs sur le territoire. Dans la distribution sélective, Décathlon prévoit de recruter 400 jeunes diplômés. Le groupe Galeries Lafayette recrute une vingtaine de jeunes diplômés. Chaque année, Camaïeu recrute plusieurs centaines de jeunes. L'enseigne spécialisée dans l’électrodomestique Boulanger table sur 300 recrutements de jeunes diplômés.

Commerce Distribution : les métiers proposés aux Bac+2/3

Les opportunités sont aussi nombreuses que variées pour les titulaires d’un Bac +2 ou Bac +3. « Nous recherchons des vendeurs, des assortisseurs, des responsables de rayon et des responsables de secteurs pour nos magasins. Ces postes sont accessibles aux titulaires d’un BTS Vente ou d’un DUT », indique-t-on du côté de la direction de Monoprix. Auchan est également en quête de chefs de rayon et de techniciens de maintenance, titulaires d’un BTS NRC (Négociation et relation client) ou MUC (Management des unités commerciales) pour les premiers, et d’un BTS Maintenance des systèmes mécaniques et automatisés pour les seconds. La marque au rouge-gorge embauche également des managers de rayon et des spécialistes des métiers de bouche pour son enseigne de proximité discount, Simply Market. Casino annonce des besoins importants en managers commerciaux à Bac +2, les plus recherchés étant les diplômés BTS MUC et les licences professionnelles en distribution. Carrefour tend à pourvoir des postes de managers de rayon, employés libre-service de niveau Bac +2 ou +3, débutants ou confirmés.

Commerce Distribution : les profils Bac +2/3 recherchés

De manière générale, le chef de rayon reste le profil le plus demandé dans la distribution. Toutefois, ce métier pourrait connaître une mutation. « Il va disparaître au profit de celui de responsable ou chef de secteur. Les magasins n’auront plus besoin de chefs de rayon mais de responsables de département, de personnes chargées de mettre les produits en magasin ou de surveiller les caisses et les scannettes », explique Jean-Yves Reynaud (Hexagone RH). Toutefois, les responsables de rayon des produits frais ou spécialisés dans les métiers de bouche ne devraient pas subir de transformation, en raison de la forte pénurie qui plane sur ces profils. « Ce sont des managers qui encadrent le personnel et qui créent une dynamique au sein de l’équipe ; la demande reste élevée sur ces fonctions », constate Jean-Yves Reynaud. Selon une récente étude du cabinet Mercury Urval, les entreprises recherchent aussi des chefs de produit au sein de leurs centrales d’achat pour les marques développées par les grandes enseignes.

Ceux qui veulent faire carrière dans la distribution doivent garder en tête que c’est une activité dans laquelle il ne faut pas compter son temps et qui nécessite un investissement personnel important. « Les jeunes diplômés doivent montrer qu’ils sont réellement prêts à travailler. Ils doivent mettre en évidence dans leur candidature les stages effectués, les missions réalisées et les objectifs atteints, souligne Jean-Yves Reynaud. Ils doivent également faire preuve d’une grande disponibilité, car on demandera beaucoup de mobilité à ceux qui n’ont pas d’expérience. »

 


Commerce Distribution : les salaires proposés aux Bac+2/3

De 24 000 à 45 000 €

La rémunération annuelle d’un chef de rayon junior démarre à 24 000 € et peut grimper jusqu’à 45 000 € par an en fonction de l’enseigne, de la localisation géographique et des responsabilités, selon l’Apec. Si le salaire médian annuel pour cette fonction est de 31 000 €, il peut être majoré grâce à un système de commissions appliqué dans plus de la moitié des cas.

 

 

Commerce Distribution, la situation de l'emploi des Bac +4/5

Le secteur de la distribution poursuit ses recrutements tant les projets fleurissent. « Les enseignes gardent le cap et rivalisent d’ingéniosité pour conquérir de nouvelles parts de marché, de nouveaux territoires, de nouveaux consommateurs, observe Lionel Deshors, fondateur du cabinet de recrutement CCLD Recrutement, spécialisé dans le recrutement de commerciaux. Les ouvertures de grands centres commerciaux, la montée du drive, l’arrivée des enseignes étrangères telles que Primark en France, engendrent des recrutements. » Sans oublier le turn over, important en magasin. Il faut donc remplacer le personnel sortant. Dans la distribution alimentaire, Carrefour s'engage à ainsi recruter 200 à 250 jeunes diplômés, en 2014. Lidl recherche 300 collaborateurs sur le territoire. Dans la distribution sélective, Décathlon prévoit de recruter 400 jeunes diplômés. Le groupe Galeries Lafayette recrute une vingtaine de jeunes diplômés. Chaque année, Camaïeu recrute plusieurs centaines de jeunes. GiFi, l’enseigne de distribution de produits à petits prix pour la maison et la famille prévoit d’embaucher 80 cadres. De son côté, Boulanger, enseigne spécialisée dans l’électrodomestique, table sur 300 recrutements de jeunes diplômés. Dans l’e-commerce, les recrutements vont bon train. D'ici 2015, ce sont jusqu'à 2 500 emplois qui pourraient être créés chez Amazon, en France. Près de 110 recrutements sont prévus chez Sarenza, le site spécialisé dans la vente en ligne de chaussures et accessoires. 30 % des recrutements concerneront les jeunes diplômés. Showroomprive, site spécialisé dans la vente privée annonce 100 embauches en 2014, dont 60 % de cadres.

Commerce Distribution : les métiers proposés aux diplômés Bac+4/5

« Les Bac + 5 pourront accéder à des postes de manager, chef de secteur/département ou de directeurs selon les formats d’enseignes et leur niveau d’expérience (alternance, stages…) », explique Lionel Deshors, de CCLD Recrutement. Chez Lidl, les jeunes diplômés occupent des postes de responsable des ventes secteur, responsable relations humaines, chargé de gamme produits, chef de projet (technique, environnement, transport, développement commercial, expansion, fonctionnel), ingénieur réseau et télécoms. Dans la distribution spécialisée, Kiabi recrute des managers des ventes et des directeurs de magasin. Des assistants acheteurs, des chefs de produit, des contrôleurs de gestion, des informaticiens, des managers logistiques sont également attendus au siège. L’enseigne spécialisée dans le sport et les loisirs Décathlon embauche majoritairement des responsables de rayon. Managers et responsables des ventes, responsables de département, gestionnaires, acheteurs sont recherchés par les Galeries Lafayette. L’enseigne Camaïeu recrute, quant à elle, des gestionnaires achats, des chefs de projet marketing et des assistants logistiques pour ses services supports. GIFI recherche des acheteurs, des gestionnaires de commandes, des responsables de magasin, mais aussi des chefs de produits, des infographistes. Sarenza recherche notamment des chefs de projet maîtrise d’ouvrage, des chargés de production/animation site, des acheteurs, des chargés de communication, des développeurs informatiques, des administrateurs bases de données, des chargés de clientèle France et international. Mais aussi des comptables, des analystes statisticiens et des contrôleurs de gestion. Showroomprive recrute des acheteurs, des chefs de produit, des chargés de clientèle, des ingénieurs.

 

Commerce Distribution : les profils Bac +4/5 recherchés

Pour leurs postes de responsable de rayon, les distributeurs comme Carrefour Market ont tendance à faire du niveau Bac +5 la règle. « Ce sont des postes opérationnels à fortes responsabilités, qui requiert des qualités de gestionnaire et d'animateur d'équipe, précise le service communication de Carrefour. Nous sommes intéressés par tous les profils, pourvu que les candidats aient la passion du client et du contact. Au-delà des compétences techniques et du diplôme, nous recherchons surtout des personnalités motivées, passionnées et dynamiques ». Le désir de mobilité est également recommandé pour évoluer rapidement. En termes de formation, les diplômes d'école de commerce et les masters universitaires en gestion sont appréciés. 

Parmi les profils attendus chez Lidl, figurent notamment les jeunes diplômés issus d’écoles de commerce, d’ingénieurs, d’universités (filières Réseau & télécoms par exemple), disposant d’une expérience dans le commerce ou la grande distribution. Carrefour propose aux jeunes diplômés à fort potentiel issus d’écoles de commerce, d'ingénieurs ou de management un parcours de carrière permettant d'accéder à des postes à responsabilités : le « Graduate Program ». Cette formation d’accompagnement individualisé sur plusieurs années allie théorie et pratique, et permet d’accéder au poste de directeur de magasin, de supply chain ou financier. Outre les diplômes et l’expérience, « la passion pour le produit (alimentation, articles de sport, textile…) et la motivation sont essentielles pour réussir dans ce secteur d’activité », précise Lionel Deshors, fondateur du cabinet spécialisé CCLD Recrutement.

Commerce Distribution : les salaires Bac +4/5

De 30 000 à 40 000 € bruts

Pour attirer les meilleurs talents, les enseignes de la distribution misent sur des salaires attractifs. Ainsi les jeunes diplômés Bac +5, à haut potentiel ou maîtrisant de langues étrangères rares, possèdent de véritables atouts. Un chef de département junior (entre 0 et 3 ans d’expérience) gagnait entre 30 000 et 36 000 euros bruts en 2013 (source Etude de rémunération Hays).

 


 

 

 

 

Conseils

Commerciaux : les 5 règles d’or d’une candidature optimale

Le comble pour un commercial serait de ne pas savoir se vendre ! Ce n’est pas pour autant que vous serez recruté à tous les coups. Quelques règles pourtant pourraient vous aider à mettre toutes les chances de votre côté.

1. Analysez vos compétences

À faire pour tous avant même de vous lancer dans la rédaction d’une lettre et d’un CV ! Il s’agit d’identifier vos savoir être et savoir faire, vos atouts tant personnels que professionnels. Organisez vos réponses, définissez un projet professionnel que vous saurez défendre et, ainsi préparé, lancez-vous dans la rédaction du CV.

2. Un CV commercial

Bon, les règles de base de rédaction du cv sont les mêmes pour tout le monde. En revanche, même s’il y a beaucoup de postes à pourvoir pour des commerciaux, il y a également du monde sur le marché : votre cv doit se démarquer. Il serait bon de mettre un titre en fonction de votre fonction ou du poste brigué, que le recruteur identifie rapidement à qui il a à faire : ingénieur commercial, vendeur export, chef de produit, etc. Pensez également à faire figurer votre photographie (type photomaton, mais flatteuse si possible) : une bonne présentation n’est pas optionnelle !

Enfin, faites figurer vos développements de portefeuille (chiffrés) si vous jouissez d’une expérience même courte (stagiaire)... Sinon, pensez-y pour plus tard !

3. La lettre de motivation : un bonus

Elle sert à compléter les manques du cv et confirmer l’envie de vous rencontrer. Détaillez votre expérience quelle qu’elle soit (plus importante que vos diplômes) ou vos qualités commerciales, les projets que vous avez défendus ; si vous êtes jeune diplômé mettez en avant votre motivation.

4. Relancez par téléphone…

…ça montrera que vous n’avez pas peur d’aller au contact ! Votre aisance et à propos pendant la communication qui s’en suivra témoignera également de votre aptitude pour ce type de fonction…

5. Soyez prêt le jour de l’entretien

Excellente présentation, ponctualité, poignée de main chaleureuse, vous devez vous être renseigné sur l’entreprise et ses produits. Et donnez l’impression d’être spontané…


 

Bien choisir son stage en vente

Ce n’est pas tout de vouloir effectuer un stage de vente, encore faut-il cibler le secteur susceptible de vous offrir ensuite des opportunités d’embauche... Nos conseils.

Bien entendu, tout le monde ne caresse pas le projet d’être engagé au terme de son stage, mais qui sait, si cela se passe bien, c’est toujours un – bon – contact qu’on pourra réactiver par la suite.

Dans ces conditions, il vaut mieux ne pas choisir un secteur économique sinistré ou une entreprise en mauvaise posture. D’autant que pour progresser, le stagiaire a besoin d’interlocuteurs dynamiques susceptibles de lui enseigner les ficelles du métier. S’il a seulement affaire à une équipe en perte de vitesse, il ne risque pas d’apprendre grand-chose. Bref, ciblez le secteur et l’entreprise.

Certains groupes (rarement des PME) ont gagné leurs galons de bonne école de vente. Ce phénomène de notoriété existe avec une telle intensité que pour beaucoup de recruteurs, le fait d’avoir effectué un stage ici ou là a parfois valeur de véritable première expérience professionnelle. Pour connaître ces secteurs et ces entreprises accélérateurs de bons vendeurs, outre la lecture de la presse économique, nous vous recommandons des salons professionnels. La plupart des entreprises y sont présentes et rien ne vaut, pour se faire une idée précise, de rencontrer les représentants d’une force de vente.

Commencer par un stage de vente à l’international

Cela peut être tentant, mais il ne faut pas se tromper d’adresse. Les bons stages de vente sont déjà suffisamment rares en France pour ne pas aller perdre son temps à l’étranger. Toutefois, un critère peut être décisif : la qualité de l’encadrement. Si vous avez le sentiment que vous ne serez pas laissé à vous-même mais, qu’au contraire, vous allez pouvoir bénéficier des conseils et de l’expérience de vendeurs exports rompus aux dures joutes de l’international, n’hésitez pas. Sur un CV, quelques mois passés loin du giron familial et des copains impressionnent toujours favorablement.

 

Plus d'infos et de conseils sur les stages

Voir toutes les offres de stages

 

Comment intégrer la grande distribution ?

La grande distribution rassemble des magasins, de tailles diverses et qui n’ont rien à voir avec le petit commerce indépendant. Les produits sont en libre-service dans la plupart des cas, le personnel nombreux. Le regroupement des magasins en chaînes leur permet de mener des opérations de communication d’envergure. Ils fonctionnent selon une politique d’achats groupés qui leur permet de jouer sur les prix. Là où ils sont implantés, ils créent un certain dynamisme de par leur attractivité.

Parmi le type de magasins concernés : les hypermarchés, les supermarchés, les supérettes, les magasins populaires, les grands magasins (plutôt en centre ville), les grandes surfaces spécialisées et enfin les magasins de hard discount.

Recommandations

Commencez par chercher des contrats à durée déterminée, saisonniers ou d’intérim dans une grande surface. Les plus malins sauront se faire repérer et sortir du lot. Les étudiants sont souvent recrutés pour occuper les CDD lors des "pics" d’activité saisonniers (été, Noël, inventaires). Si vous êtes intéressé par ces emplois temporaires, envoyez vos candidatures en avance (dans les 4 mois qui précèdent), précisez vos disponibilités…

Attention, avant d’intégrer un poste, vous participerez à plusieurs entretiens individuels, parfois très musclés. Sachez vendre une passion, votre sens du contact, parlez d’un rayon qui vous intéresserait…

Paroles d'expert

« Un manager de rayon doit fédérer et coacher une équipe »

Benoît Allo est directeur au sein du département Distribution et Commerce chez Page Personnel.

« Trois sphères de compétences sont attendues chez un futur manager de rayon. La première concerne la capacité à encadrer. Un chef de rayon ou un directeur de magasin est, avant tout, un manager qui doit fédérer et coacher une équipe. Les recruteurs privilégient donc les candidats ayant de l’aplomb et un charisme naturel. La deuxième compétence se rapporte à la capacité de gestion. Un chef de rayon doit établir un compte d’exploitation. Il doit rendre des comptes sur le chiffre d’affaires, expliquer les résultats obtenus et les plans d’action à venir pour améliorer la rentabilité par exemple. Enfin, le candidat devra montrer son sens du service et du commerce. Accueil, conseil, orientation des clients sont des notions importantes, et d’autant plus chez les enseignes du luxe. Pour les postes de marketing/achats au siège ou en centrale d’achat, les recruteurs sont plus regardants sur le parcours de formation et les expériences professionnelles. Ils recherchent également des candidats créatifs, ouverts d’esprit, capables d’analyser et de synthétiser des données et de restituer un plan marketing. »

 

TOP Recruteurs
13 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :