9005 postes à pourvoir
 
Identifiez-vous
Stage - Alternance - 1er emploi : Déposez votre CV
Accueil > Offres > Emploi CDD et CDI > Energie - Environnement - Chimie
Energie - Environnement - Chimie

Le recrutement de jeunes diplômés dans le secteur de l'énergie (pétrole, gaz, électricité, nucléaire, eau...)

Le développement des activités dans le nucléaire et les énergies renouvelables conduit à la création d'emplois. De nombreuses opportunités sont donc à saisir et les profils recherchés sont variés : du CAP au Bac +5 et plus.

Focus marché :
- Energie : des milliers de recrutements prévus pour 2015
- Le développement durable, source d’emplois




Articles liés

Tout savoir

Environnement : quelles possibilités d'emploi ?

De l’ingénieur forestier à l’agent d’entretien d’une station d’épuration, du garde-pêche à l’hydrogéologue, les métiers attachés au domaine environnemental sont nombreux et variés. Ils bénéficient de l’intérêt croissant pour l’écologie et séduisent ainsi de nombreux candidats. Pourtant, bien peu de métiers sont entièrement tournés vers la nature et la préservation de ses espaces. Car l’environnement n’est pas à proprement parler un domaine d’activité. En réalité, la plupart des secteurs économiques, comme les transports, l’urbanisme ou l’industrie, font état de contraintes environnementales de plus en plus importantes. La prise en compte de ces considérations écologiques fait appel à de nombreuses disciplines, comme la chimie ou la biochimie, le droit, la communication, l’assainissement, la productique, ou même l’éducation.

Énergie : les profils Bac +4/5 recherchés

Les entreprises ont avant tout besoin de compétences techniques. Les diplômés d'écoles d'ingénieurs ou d’universités des secteurs des énergies alternatives et de l’environnement sont ainsi très courtisés. « Lorsque des profils proviennent de formations sans rapport avec l’énergie ou la chimie, les candidatures sont épluchées dans le détail car les exigences sont fortes », constate Laurence Pinget, consultante chez Cleverlink, cabinet de recrutement. Posséder une double compétence scientifique et gestion ou autre est un avantage clé. RTE cible les élèves d’écoles d’ingénieurs, de commerce ou issus de la formation universitaire.  « Mais au-delà du diplôme, c’est la capacité à s’intégrer que nous observons au moment de recruter, détaille Bertrand Signé, directeur général adjoint chargé des ressources humaines chez RTE. Il faut que les collaborateurs soient convaincus pour être convaincants, notamment lorsqu’ils expliquent l’intérêt auprès de la population de développer un réseau à haute tension. » Les périodes d’alternance ou de stages comptent beaucoup pour les entreprises. Autre impératif : le niveau linguistique. Maîtriser plusieurs langues représente un atout indiscutable. Enfin, « les candidats sont forces de proposition, ils doivent posséder une fibre entrepreneuriale et se montrer volontaires », précise Vincent Tardy, responsable recrutement et relations école chez Arkema..

 

 

 

Énergie : les salaires Bac +4/5

35 000 à 42 000 €

La rémunération va de 35 000 à 39 000 € bruts annuels en fonction de l’emploi et des compétences recherchées. Chez Arkema, la moyenne s’élève à 39 600 € pour premier poste de jeune diplômé et peut aller de 35 000 à 42 000 €. RTE propose de son côté une fourchette de rémunération de 35 000 à 40 000 €.

 

 

 

 

Énergie : les métiers proposés aux Bac +4/5

De plus en plus de scientifiques et spécialistes intègrent les énergies nouvelles ou le développement durable. Nombre de recrutements concernent la R&D. « La transition énergétique nécessite de construire des infrastructures et développer de nouveaux outils de gestion, notamment pour le transport de l’électricité », argumente Bertrand Signé, directeur général adjoint chargé des ressources humaines de RTE. Même exigence côté chimie. La R&D occupe là-aussi une place de choix. Arkema recrute des ingénieurs HSE (Hygiène Sécurité Environnement) et des chimistes. Solvay opère aussi l’essentiel de ses recrutements sur l’innovation. Total embauche des ingénieurs HSE, géologues ou géophysiciens.

Mais les entreprises recherchent également des ingénieurs généralistes ou spécialisés. « Dans ce secteur, la recherche d’ingénieurs concerne surtout les profils orientés en mécanique », constate Laurence Pinget, consultante chez Cleverlink, cabinet de recrutement. « On recrute beaucoup de dispatchers chargés de piloter les flux d'électricité », précise Bertrand Signé. Total embauche des ingénieurs HSE, géologues ou géophysiciens. EDF, des ingénieurs en exploitation, génie civil, électricité et informatiques.

Comme dans tous secteurs, il existe des opportunités dans les fonctions supports. « RTE recrute notamment des acheteurs, financiers et juristes », ajoute Bertrand Signé.

 

 

 

Energie, la situation de l'emploi des Bac +4/5

L’énergie est une préoccupation partagée par tous. Le niveau d’exportation augmente. Les projets d’envergure se multiplient. Les nouvelles technologies se développent. La sécurisation des installations est devenue un impératif. Bref, la filière a le vent en poupe d’un point de vue économique. « Nos activités se portent plutôt bien grâce en particulier à la transition énergétique et aux nouveaux moyens de production qui nécessitent notamment de créer des réseaux de distribution électrique en France et à l’étranger, se réjouit Bertrand Signé, directeur général adjoint chargé des ressources humaines chez RTE. En sept ans, RTE a doublé ses investissements et prévoit de les multiplier par plus de quatre d’ici vingt ans. » L’impact sur les recrutements est réel puisque les entreprises du secteur ont besoin de compétences afin de suivre le mouvement et, par ailleurs, de remplacer les nombreux départs à la retraite à venir.

Témoignage

Diversifier les profils recrutés : une priorité chez Areva

Christiane Flamant est responsable recrutement du groupe Areva.

« L’an dernier, nous avons embauché 1 600 personnes dont 800 cadres en France. La plupart des Bac +5 que nous recrutons sont débutants. En 2014, Areva recrute 1 400 personnes avec une proportion identique de cadres pour nos trois bassins principaux que sont l’Ile-de-France, le Cotentin et la région Rhône-Alpes. La technique est au cœur des activités du groupe et l’essentiel tourne autour de la mécanique. Plus de la moitié des recrutements de cadres concerne l’ingénierie. 90 % des profils retenus ne sont pas issus de cursus de formation orientée vers le nucléaire. Nos recrutements concernent les ingénieurs études et conception ou des métiers plus atypiques tels qu’ingénieur soudeur ou ingénieurs méthodes CND (contrôle non destructif), topomètres, etc. La palette de métiers est très large. Côté candidature, nous recrutons des candidats issus d'écoles d'ingénieurs et d'universités pour diversifier les profils des collaborateurs de nos équipes. 25 % de nos recrutements cadres sont issus de l'université en France. Et même si cela reste difficile de recruter des femmes, on atteint à présent le seuil d’un quart de femmes embauchées pour des postes techniques. Chez Areva, on ne travaille jamais seul. Intégrer la logique de projet s’avère capitale. Par ailleurs, il faut être curieux et savoir s’investir. »

 

Recruteurs à la une
26 entreprises vous présentent leurs métiers et vous proposent de découvrir leurs opportunités de recrutement.
 
Vidéo à la une
 

Agenda
du recrutement

Guides "carrière"
à télécharger
gratuitement :